Image default
Nutrition

Maquereau : valeur nutritive, bienfaits, conservation et plus

Issu des profondeurs marines, le maquereau, proche parent du thon, se distingue par sa chair onctueuse et son prix abordable. Ce délice des océans est disponible sous diverses espèces, avec une prédilection pour les variétés communes et espagnoles.

Sa chair riche en saveur offre un véritable festival gustatif et s’accommode de recettes diverses. En bouche, il éveille les papilles par sa texture particulière qui traduit la richesse de ses apports nutritifs.

Disponible toute l’année chez votre poissonnier, le maquereau vous attend soit entier soit en filets pour régaler vos sens. Vous pourrez également succomber au charme fumé ou en conserve de ce trésor de la mer, souvent agrémenté de sauces qui exaltent son goût.

Richement doté en bienfaits pour l’organisme tout en restant économiquement accessible, le maquereau mérite amplement sa place dans notre alimentation quotidienne comme dans nos festins les plus sophistiqués.

Apports nutritionnels du maquereau

Cuire un maquereau bleu de l’Atlantique au four ou le griller, c’est se régaler sans culpabilité ! Avec seulement 197 calories pour une portion de 75g, ce poisson est une mine d’or pour la santé. Sa chair tendre cache bien son jeu : elle regorge de 13 g de lipides bénéfiques et apporte un bon coup de pouce à notre organisme avec ses 18 g de protéines musclées.

Niveau vitamines et minéraux, c’est le jackpot : B12 et D nous font rayonner, tandis que les Oméga-3 jouent les gardiens de nos artères. Le sélénium et le phosphore ne sont pas en reste pour fortifier nos défenses. Et tout ça en surveillant notre ligne avec zéro glucide au compteur !

Quant aux chiffres qui fâchent habituellement ? Un petit 41 mg de cholestérol seulement et un taux de sodium (59 mg) qui ne fait pas monter la pression. En somme, ce maquereau est l’allié rêvé des fins gourmets soucieux de leur bien-être. Bon appétit sans remords !

Conseils pour choisir du maquereau

Pour s’assurer d’un poisson frais, quelques astuces à ne pas rater :
– Le regard scintillant de l’animal, reflet de sa vitalité.
– Un intérieur d’ouïe qui arbore une teinte rose délicate.
– Une peau qui joue avec les lumières, étincelante de nuances argentées.
– Et puis cette fermeté du corps, gage indéniable de la fraîche prise.

Conservation du maquereau

Il est impératif de consommer le maquereau frais promptement après son achat. Une fois vidé, il se prête à une courte conservation au frigo, ne dépassant pas quelques jours. En cas de cuisson, il faut veiller à le savourer endéans la journée qui suit.

La congélation n’est guère l’alliée du maquereau ; celui-ci y sacrifie une bonne part de ses atouts gustatifs et nutritifs. Cependant, pour ceux qui désirent tenter cette méthode de conservation, immerger le poisson dans un sac rempli d’eau salée peut aider à préserver un tant soit peu sa qualité originelle.

Les vertus du maquereau pour le bien-être

Le maquereau, petit poisson aux multiples vertus, regorge de nutriments primordiaux pour le corps humain. Source intarissable de protéines, il joue un rôle clé dans la réparation et le développement des tissus corporels ainsi que dans la synthèse hormonale.

On y trouve une panoplie de vitamines B, notamment la B3 qui catalyse notre énergie et préserve l’éclat de notre peau, tandis que la B6 soutient activement la fabrication d’hémoglobine essentielle au système nerveux. La B12, quant à elle, veille sur notre santé neuronale et contribue à l’essor des globules rouges.

Au-delà des vitamines du groupe B, ce trésor marin est imprégné de vitamine D, garante d’un système immunitaire robuste et modulatrice de nos cycles sommeil-veille – élément non négligeable pour conserver une humeur stable.

Les minéraux ne sont pas en reste. Le sélénium qu’il contient nous protège contre les dommages oxydatifs tout en régulant notre tension artérielle et assurant le bon fonctionnement thyroïdien. Le phosphore solidifie nos os et nos dents tout en fournissant l’élan énergétique nécessaire à nos journées chargées. Du côté du potassium, il maintient l’équilibre tensionnel et assure une contraction musculaire efficace.

Mentionnons aussi sa richesse en fer et iode – deux oligo-éléments sans lesquels ni transport d’oxygène ni métabolisme hormonal ne pourraient opérer convenablement.

Rappelons finalement ses acides gras oméga-3 qui font briller le maquereau sur le plan nutritionnel ; ils réduisent significativement les risques liés aux maladies cardiaques tout en atténuant certains symptômes dépressifs.

Introduire le maquereau dans son alimentation c’est opter pour un allié santé polyvalent : il nourrit l’esprit autant qu’il fortifie le cœur ou encore revitalise la peau – faisant ainsi figure incontournable dans un régime alimentaire conscient et équilibré comme celui prescrit par la diète cétogène.

Mesures de prévention

Le mercure est présent en quantités variables dans les différentes variétés de poissons, et le maquereau ne fait pas exception. La taille du poisson joue un rôle prépondérant : plus un maquereau est imposant, plus il risque d’être chargé en cet élément toxique.

Il est donc sage de porter son choix sur des individus plus menus si l’on souhaite limiter son exposition au mercure. À titre indicatif, les espèces telles que le maquereau roi et le maquereau espagnol sont souvent pointées du doigt pour leur teneur élevée. En revanche, leurs cousins, le maquereau commun et le maquereau japonais, s’avèrent être des choix judicieux pour ceux qui veulent se régaler tout en prenant soin de leur santé.

En somme, lors de votre prochaine escapade chez votre poissonnier, prenez le temps d’évaluer vos options et privilégiez les spécimens moins susceptibles d’accumuler du mercure. Ce geste simple vous permettra de déguster sans arrière-pensée ce délice des océans qu’est le maquereau.

Préparer le maquereau en cuisine

Le maquereau, riche en oméga-3, se prête idéalement à des modes de cuisson préservant sa succulence sans y ajouter de graisses. Savourez-le cuit en papillote pour une chair tendre et parfumée, ou laissez-vous tenter par son caractère affirmé lorsqu’il est préparé grillé. Pour une note délicate, optez pour la cuisson au four ou à la vapeur qui sublime ses saveurs.

N’omettez pas le ceviche, où l’acidité du citron vert révèle sa fraîcheur. Rappelez-vous que le maquereau garde toujours sa peau durant la cuisson – un geste simplissime suffit ensuite pour l’en débarrasser avant de savourer.

Sa personnalité gustative robuste fait écho aux arômes des herbes fraîches et épices diverses plutôt qu’à des sauces opulentes. Imaginez-le farci avec créativité : herbes aromatiques picotées de zestes d’agrumes, touche piquante de moutarde, ou duo provençal tomates séchées-ail.

Transformez vos plats quotidiens avec le maquereau sous ses différentes formes :

  • Savourez-le dans une salade croquante,
  • Découvrez-le entre deux tranches de pain comme garniture originale,
  • Mêlez-le aux légumes verts dans un ragoût plein de couleur,
  • Ou laissez-le infuser son caractère dans une sauce tomate.

Le maquereau s’intègre avec aisance dans votre cuisine, apportant texture et saveur là où vous l’invoquez.

Autres articles à lire

Adriana Lima : comment la mannequin a fait pour maigrir après son accouchement

administrateur

Biscuits secs feuilletés, palmiers : combien y a-t-il de calories ?

Irene

Maigrir vite : les régimes en vogue aux Etats-Unis

administrateur

Calories de la pistache : fait-elle grossir ?

Irene

Un régime sans graisse est une mauvaise idée, voici pourquoi

Irene

Biscuits secs et tuiles aux amandes : combien y a-t-il de calories ?

Irene