Image default
Santé

Le CBD est-il détecté lors d’un test de dépistage de drogue ?

Le CBD est-il détecté lors d’un test de dépistage de drogue ?
Notez cet article

Théoriquement, le CBD ne devrait pas être détecté à un test de dépistage de drogue. Cependant, comme la plupart des produits du CBD sont classés comme des compléments, leur sécurité et leur pureté ne sont pas réglementées dans les pays hors union européenne. Cela signifie qu’une contamination du CBD par le THC (tétrahydrocannabinol) peut se produire via des produits non réglementés, ce qui peut se révéler lors d’un test de dépistage de drogue, en fonction du seuil de détection du test et d’autres facteurs énumérés ci-dessous.

Cela a plus de chances de se produire si le CBD que vous achetez est un CBD dérivé de la marijuana plutôt qu’un CBD dérivé du chanvre. La loi exige que le CBD dérivé du chanvre contienne moins de 0,3 % de THC, bien que l’ingestion quotidienne régulière de fortes doses de cette substance puisse encore provoquer une accumulation de THC.

Qu’en est-il des test sur le CBD à large spectre ?

Le CBD à large spectre est également moins susceptible d’être contaminé par le THC. En effet, tout le THC est éliminé dans le CBD à large spectre, contrairement au CBD à spectre complet qui contient tous les composés présents naturellement dans la plante dont ils ont été extraits. L’isolat de CBD est également du CBD pur et provient généralement du chanvre, il ne devrait donc pas contenir de THC.

Si vous voulez passer un test de dépistage, ne prenez pas de CBD sans connaitre sa provenance ou si vous le prenez légalement dans le cadre des lois déclarez le (cependant il peut toujours être contaminé par du THC à moins d’être apporté par un fournisseur réputé comme Tatawid qui garantit qu’il est exempt de THC).

Quelle quantité de THC doit être présente pour provoquer un test de drogue positif ?

Il est difficile de dire quelle quantité de THC doit être présente pour provoquer un test de drogue positif car cela dépend de plusieurs variables spécifiques à la drogue et au patient, ainsi que de la valeur seuil du test.

Les variables suivantes affectent le temps pendant lequel la marijuana (THC) et ses métabolites restent détectables dans l’urine ou dans d’autres échantillons biologiques :

  • Fréquence de la consommation de marijuana (la demi-vie du THC est de 1,3 jour pour un consommateur peu fréquent et de 5 à 13 jours pour les consommateurs fréquents)
  • Présence de médicaments en interaction
  • La quantité utilisée et la voie d’administration
  • Dernier moment d’ingestion.

Plusieurs facteurs liés au patient peuvent également affecter le résultat, comme la masse corporelle, le pH de l’urine, la concentration de l’urine et d’autres conditions médicales telles que les maladies des reins ou du foie.

Une estimation de la durée pendant laquelle la marijuana (THC) est détectable dans les urines est :

  • Usage unique : 3 jours
  • Utilisation modérée (4 fois/semaine) : 5 à 7 jours
  • Usage chronique (quotidien) : 10 à 15 jours
  • Usage intensif chronique : Plus de 30 jours.

Les valeurs limites fédérales sur le lieu de travail pour les métabolites de la marijuana sont de 50 ng/mL pour les tests de dépistage par immuno essai (un ng est un milliardième de gramme). Dans un test de confirmation, on mesure un métabolite de la marijuana, appelé acide delta-9-tétrahydrocannabinol-9-carboxylique, et un résultat positif est supérieur à 15 ng/mL. Toutefois, ce résultat peut varier en fonction des variables énumérées ci-dessus et ne doit pas être utilisé pour garantir un résultat sans drogue.

Autres choses à savoir sur les tests de dépistage de drogues sur le lieu de travail

Malgré l’utilisation généralisée des tests de dépistage de drogues dans l’urine, il semble y avoir une certaine incohérence dans l’interprétation des résultats des tests. Compte tenu des conséquences importantes qu’un résultat faussement positif peut avoir (comme la perte d’un emploi ou l’emprisonnement), cela est quelque peu surprenant. Mais il faut aussi en être conscient, car cela peut signifier que ce qui est considéré comme un succès (un résultat négatif) dans certaines circonstances peut être considéré comme un échec (un résultat positif) dans d’autres.

Les tests de dépistage de drogues peuvent être effectués sur divers échantillons biologiques, tels que l’urine, les cheveux, le sang, la salive, la sueur, les ongles d’orteils, les ongles de doigts et le méconium. Le dépistage de drogues dans l’urine est le moyen le plus courant de dépistage de drogues spécifiques sur le lieu de travail, car les échantillons sont faciles à prélever.

Les tests de dépistage des drogues permettent de détecter la drogue mère ou au moins l’un de ses métabolites, ou les deux. Les concentrations de drogues dans l’urine sont généralement plus élevées que dans le sang et sont présentes plus longtemps.

Quels sont les principaux types de tests ?

Il existe deux principaux types de tests de dépistage de drogues dans les urines : les tests de dépistage et les tests de confirmation. Les tests de dépistage par immuno dosage peuvent être effectués sur place ou en laboratoire et permettent d’effectuer un grand nombre de tests à la fois avec des résultats relativement rapides, fournissant une première estimation de la présence ou de l’absence de drogues. Il en existe trois types principaux, et tous utilisent des anticorps pour détecter la présence de métabolites spécifiques ou de classes de drogues. Malheureusement, cela peut signifier que des substances ayant des caractéristiques similaires peuvent être détectées, ce qui entraîne des résultats faussement positifs.

Certains tests visuels au point de service sont privilégiés par les cliniques de gestion de la douleur ou par les cliniciens qui traitent les personnes souffrant de troubles liés à l’abus de substances. Cependant, les résultats peuvent parfois être difficiles à lire (par exemple, une couleur faible ou incertaine), ce qui peut donner lieu à une interprétation subjective. Ces tests ne doivent être considérés que comme préliminaires et un test de confirmation en laboratoire doit être effectué, comme pour tout test de dépistage ; toutefois, cette meilleure pratique peut ne pas toujours être suivie.

Les tests de confirmation utilisent la chromatographie en phase gazeuse / spectrométrie de masse pour identifier des structures moléculaires spécifiques et quantifier la quantité de drogue ou de substance présente dans l’échantillon. Ces tests sont plus précis que les tests de dépistage, mais ils sont également plus coûteux et plus longs et sont généralement réservés aux situations qui ont des séquelles importantes sur le plan juridique, universitaire, médico-légal ou professionnel. Ces tests reconnaissent les cannabinoïdes plutôt que les métabolites et devraient donc pouvoir distinguer le CBD du THC.

Des seuils ont été établis pour aider à minimiser les résultats faussement positifs, en particulier dans les tests de dépistage de drogues sur le lieu de travail (par exemple, l’inhalation passive de marijuana ; la consommation de graines de pavot sur du pain entraînant des résultats positifs aux opiacés) et ces seuils ont tendance à être plus élevés que ceux utilisés par les laboratoires cliniques.

Quelle est la différence entre le CBD et le THC ?

Il y a encore beaucoup de confusion sur ce qu’est exactement le CBD, beaucoup de gens pensant que le cannabis, le chanvre, la marijuana et le THC (tétrahydrocannabinol) sont la même chose. Ce n’est pas le cas.

Le cannabis est une plante, et il en existe deux types principaux : le Cannabis Indica et le Cannabis Sativa. Alors que la marijuana peut être dérivée des deux types, le chanvre est uniquement dérivé de la famille du Cannabis Sativa.

Cela signifie que même si le chanvre et la marijuana ont quelques points communs, il y a des différences notables, la plus importante étant que le chanvre est presque dépourvu de THC, le produit chimique de la marijuana qui vous donne un high. En fait, selon la loi, le chanvre ne doit pas contenir plus de 0,3 % de THC pour être considéré comme du chanvre, sinon les cultivateurs risquent d’être poursuivis en vertu de la loi fédérale.

Le principal ingrédient actif du chanvre est le CBD, et le CBD n’a aucune propriété psychoactive. Le CBD a plutôt été crédité pour soulager l’anxiété, l’inflammation, l’insomnie et la douleur, bien que “crédité” ne signifie pas prouver. En raison du paysage réglementaire historique, il n’y a pratiquement pas d’essais bien conduits pour étayer ces affirmations, bien que la recherche devrait s’intensifier maintenant que les lois font la distinction entre le chanvre et la marijuana.

Aujourd’hui, le CBD semble être incluse dans tout, des poudres de protéines aux patchs anti-douleur en passant par les produits tel que l’huile de CBD pour les douleurs menstruelles. Mais vérifiez ces étiquettes. Comme le CBD est une substance assez amère, de nombreux produits contiennent de grandes quantités de sucre ajouté, préférez celle avec des arômes naturels.

Il existe une huile de CBD sur ordonnance aux USA qui est considérée comme un médicament anti-attaque efficace, appelée Epidiolex. Epidiolex a été approuvé par la FDA en juin 2018 pour deux formes rares et graves d’épilepsie, le syndrome de Lennox-Gastaut (LGS) et le syndrome de Dravet, et approuvé en juillet 2020 pour traiter les crises associées au complexe de sclérose tubéreuse (CST). Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si le CBD est sûr et efficace pour d’autres pathologies. D’autres essais sont actuellement en cours pour étudier ses bienfaits sur la maladie de Parkinson, la schizophrénie, le diabète, la sclérose en plaques et l’anxiété.

En plus des utilisations médicales du CBD, le chanvre est également une ressource importante pour la fabrication de produits 100% biodégradables et respectueux de l’environnement, tels que le biocarburant, les matériaux de construction, les vêtements et le papier.

Autres articles à lire

Où trouver un médecin de garde en cas d’urgence

Journal

Zoom sur le plexus solaire

Tamby

Comment gérer le stress avec l’aromathérapie ?

administrateur

Pourquoi consulter régulièrement un dentiste ?

Journal

N’abandonnez pas : 9 façons de réinventer votre régime alimentaire pour 2021, résolutions sur la condition physique

Emmanuel

3 raisons de choisir la phytothérapie

Journal